Auberge du cheval blanc

Herberge zum weißen Ross (Auberge du cheval blanc)

  • Français
    • Allemand
    • Anglais
    • Néerlandais

Le blason (ou plus précisément : le « spolie » baroque) de la façade le révèle : c'était autrefois la « Herberge zum weißen Ross » (Auberge du cheval blanc), qui offrait l’hébergement aux voyageurs au XVIIe siècle.

 

En 1650, les voyages étaient encore terriblement pénibles et ne constituaient certainement pas une activité de loisir tel que c’est le cas aujourd’hui. À l’époque, la plupart des gens n’avaient guère les moyens de voyager de toute façon. Mais alors, qui étaient les voyageurs qui séjournaient ici à l’auberge ? Dr. Susanne Bräckelmann de l’association historique :
Zoom 0004 / 1:03 – 1:35 Dr. Susanne Bräckelmann :
« Les voyageurs au XVIIe siècle étaient – tant même que ce n'étaient pas les soldats et leurs commandants, il s’agissait avant tout de gens qui avaient affaire aux dirigeants, qui voyageaient pour les affaires gouvernementales, en tant qu’émissaires pour les innombrables négociations de paix ou autres pourparlers qui devaient être tenus. Bien entendu, sans téléphone ni fax, la présence était impérative. »
Aujourd’hui, la maison n'est plus une auberge. Mais si vous cherchez encore une possibilité de logement pour la nuit : demandez dans un des hôtels de Nierstein. De nombreux domaines viticoles disposent également de chambres d’hôtes. Et elles sont beaucoup plus confortables et modernes aujourd’hui qu'ils ne l'étaient à l’époque – quand l'eau chaude courante, le Wi-Fi ou un buffet de petit déjeuner étaient tout simplement impensables.

 

La prochaine station est le bâtiment adjacent à droite : L’ancien bureau de poste Thurn und Taxis.

Route vers la station suivante:

Bureau de poste Thurn & Taxis

Herberge zum weißen Ross (Auberge du cheval blanc)

  • Français
    • Allemand
    • Anglais
    • Néerlandais

Le blason (ou plus précisément : le « spolie » baroque) de la façade le révèle : c'était autrefois la « Herberge zum weißen Ross » (Auberge du cheval blanc), qui offrait l’hébergement aux voyageurs au XVIIe siècle.

 

En 1650, les voyages étaient encore terriblement pénibles et ne constituaient certainement pas une activité de loisir tel que c’est le cas aujourd’hui. À l’époque, la plupart des gens n’avaient guère les moyens de voyager de toute façon. Mais alors, qui étaient les voyageurs qui séjournaient ici à l’auberge ? Dr. Susanne Bräckelmann de l’association historique :
Zoom 0004 / 1:03 – 1:35 Dr. Susanne Bräckelmann :
« Les voyageurs au XVIIe siècle étaient – tant même que ce n'étaient pas les soldats et leurs commandants, il s’agissait avant tout de gens qui avaient affaire aux dirigeants, qui voyageaient pour les affaires gouvernementales, en tant qu’émissaires pour les innombrables négociations de paix ou autres pourparlers qui devaient être tenus. Bien entendu, sans téléphone ni fax, la présence était impérative. »
Aujourd’hui, la maison n'est plus une auberge. Mais si vous cherchez encore une possibilité de logement pour la nuit : demandez dans un des hôtels de Nierstein. De nombreux domaines viticoles disposent également de chambres d’hôtes. Et elles sont beaucoup plus confortables et modernes aujourd’hui qu'ils ne l'étaient à l’époque – quand l'eau chaude courante, le Wi-Fi ou un buffet de petit déjeuner étaient tout simplement impensables.

 

La prochaine station est le bâtiment adjacent à droite : L’ancien bureau de poste Thurn und Taxis.

Route vers la station suivante:

Bureau de poste Thurn & Taxis

Also available in: Deutsch English Nederlands